La surqualité

En tant que chef d’équipe, vous devez veiller à ne pas tomber dans la surqualité, qui est l’un des principaux ennemis de la qualité.

« Deux couches de peinture valent mieux qu’une. À la troisième, le résultat est encore meilleur. Et ainsi de suite. La question est : où s’arrêter ? Autrement dit, à partir de quel moment la qualité devient-elle improductive ? »

La qualité est destinée à être un levier de la performance.

Cependant, lorsque l’atteinte du niveau de qualité optimale génère un cout inadéquat, la qualité devient alors la surqualité.

La surqualité est donc l’utilisation de moyens disproportionnés :

« La surqualité est le niveau de qualité réel supérieur au niveau de qualité requis. Il est obtenu par l’application de moyens disproportionnés. Le tableau de bord, le système de mesure et les indicateurs de la méthode de gestion de la qualité permettent d’identifier les causes de surqualité.»

Mouvement français pour la qualité

Il n’est donc pas question de dépenser toute son énergie à défoncer des portes ouvertes, mais d’essayer de fournir exactement l’énergie nécessaire à l’ouverture de la porte, ni plus, ni moins. C’est ce qu’on appelle : La juste qualité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s