La technique du « je »

Afin que votre interlocuteur soit plus réceptif à vos remarques, il est important qu’il ne soit pas sur la défensive lorsque vous vous adressez à lui.

Pour cela, mieux vaut employer le « je » qui est moins accusateur que le « tu« .

 

Par exemple, plutôt que le « tu » :

  • « Tu ne t’intéresses pas à ton travail »

Utiliser le « je » :

  • « Je n’ai pas l’impression que tu t’intéresses à ton travail' »

 

Cette technique permet de ne pas braquer votre interlocuteur qui sera moins sur la défensive.

Le contact établi est plus personnel.

En effet, il ne peut nier ce que je ressens. Et je ne l’accuse de rien, de quoi se défendrait-il ?

Une réflexion sur “La technique du « je »

  1. Dans cette situation, j’aurais plus utilisé un fait en premier. Je partirai de ce qui m’a conduit à penser que la personne était désintéressée par son travail. Puis je donnerai mon ressenti et ensuite je lui demanderai ce que lui en pense. De cette manière, je ne porte pas de jugement sur lui et cherche à résoudre une inquiétude qui n’est peut-être pas fondé. Par exemple :
    – Depuis trois semaines, je ne t’ai pas vu aux réunions d’amélioration. Cette situation m’inquiète, qu’en penses tu ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s